Lego Marvel Super Heroes 2, le test sur Switch

10

L’usine vidéoludique Lego tourne à plein régime. Quelques semaines après Lego Ninjago – le Film (que nous avons testé ici), surfant sur la production actuellement pléthorique de films et séries Marvel, Lego Marvel Super Heroes 2 (LMSH2) a pour ambition de casser la baraque.

 

09
L’exploration de ce nouvel épisode sera régulièrement magnifique.

Studio. Caméra. Action. L’infâme Kang, le super méchant du jeu, a le pouvoir de manipuler le temps et l’espace – rien que ça. S’étant levé du mauvais pied, il a décidé de capturer non moins de 18 lieux (Far-West, Egypte antique, New York futuriste…) et de tous les rassembler dans une dimension unique, nommée Chronopolis. Les héros de tous lieux et de toutes époques (et ils sont nombreux) vont donc devoir unir leur force face à Kang. Alors là, tout de suite, vous vous dites peut-être que c’est du n’importe quoi, pour ne pas dire un joyeux bordel. Et vous n’auriez pas tout à fait tort, mais nous y reviendrons.

Lego Marvel Super Heroes 2 débute, et il ne faudra pas plus de 5 minutes aux amateurs de titres Lego pour retrouver leurs marques. Les mini-castagnes, la destruction de décors pour construire d’autres objets et la résolution de puzzles pour avancer sont toujours de la partie. Du côté de la réalisation, c’est franchement plutôt réussi et même régulièrement assez spectaculaire. La bande son est classique mais efficace, tout comme le doublage bien qu’inégal. C’est beau, c’est coloré, ça pète de partout, tout en restant fidèle à l’univers Marvel. D’ailleurs, la liste des protagonistes jouables comprend autant de héros iconiques et inévitables (Iron man, Hulk, Spiderman, Thor, les Gardiens de la Galaxie…) que de nouveaux venus voire de personnages moins connus (Black Panther, Ghost rider, Medusa, Iron Fist, Venom… et même Stan Lee lui-même).
06
Splatoon et Lego Marvel ? Faute d’accord !

Grand classique des titres Lego désormais, l’ensemble de l’aventure peut être parcourue en duo. Néanmoins, Lego Marvel Super Heroes 2 s’offre le luxe de nous proposer deux nouveaux modes jouables jusqu’à 4 en local. Tout d’abord, « Faute d’accord » consistera en un Splatoon simplifié, à savoir une conquête de territoires à l’aide de peintures et d’objets spéciaux. Puis, « Capture de Pierres d’infinité », à savoir un croisement entre Powerstone et un Capture the Flag. Sans révolutionner quoique ce soit, ces modes s’avèrent plaisants et donc bienvenus.

Alors là tout de suite, vous vous dites que Lego Marvel Super Heroes 2 est une petite bombe, un must-have, un triple AAA comme il se doit. D’autant que l’humour inhérent aux jeux Lego est, à nouveau, omniprésent et très réussi. Mais malheureusement, quelques petites choses assez gênantes viennent gâcher la fête. Tout d’abord, un peu d’aliasing et des chutes de framerate régulières – rien de comparable à celles évoquées dans notre test de Lego Ninjago, néanmoins.

07
Exemple typique d’une scène où ça pète de partout...Mais où on ne sait plus vraiment ce que l’on doit faire.

Ensuite, Lego Marvel Super Heroes 2 vous en met plein la vue, partout, toujours, tout le temps. C’est bien… à condition que le tout soit bien construit et bien structuré. Sauf que c’est loin d’être le cas. Le scénario devient vite secondaire, tel un simple prétexte à un gigantesque melting-pot sans cohésion. Les puzzles sont assez mal conçus, rarement logiques. Dans les faits, la meilleure option pour les résoudre est souvent d’explorer les niveaux en large et en travers, en essayant tout et n’importe pour finalement découvrir la solution par hasard. Inutile de préciser qu’un tel fonctionnement a peu de chance de maintenir la concentration de nos chères têtes blondes.

Grand classique également, les positionnements de la caméra (quand elle est fixe) ou la maniabilité des véhicules sont largement perfectibles. Enfin, le jeu propose en tout 236 personnages jouables. Sont-ils tous vraiment dignes d’intérêt ? La réponse est dans la question.

 

Note
7/10
Profusion, opulence, abondance… seraient autant de qualificatifs qui pourraient convenir à Lego Marvel Super Heroes 2. Le tout servi avec une recette éprouvée et une réalisation de qualité. Néanmoins et paradoxalement, ce surplus de contenu et un manque certain de structure pénalisent également le titre. En ressort un résultat classique et plaisant, mais aussi brouillon et finalement plutôt dénué d’identité. Titre sympathique sans plus pour la plupart des joueurs, les (nombreux) fans de l’univers Marvel (et Lego) à la recherche d’un titre avant tout exhaustif pourront tout de même rajouter un point à la note finale.
 
 
 
 
 
 
 
 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

Mots-clés: Action, Plate-forme, Lego, Angi, Nintendo Switch

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

vampyr

Vampyr, le test PC qui aurait pu être un test Playstation 4 :-D

juin 24, 2018 Tests Benjamin
Si vous n’aimez pas Anne Rice, si vous n’aimez pas le studio DONTNOD, passez votre chemin, Vampyr n’est certainement pas pour vous. Et pourtant vous manqueriez peut-être quelque chose...
11

Penny Punching Princess, le test sur PS Vita

juin 15, 2018 Test - PS Vita Olivier B.
Penny Punching Princess, c’est joli et coloré à souhait. En un mot, c’est kawaï ! Mais le nouvel action-RPG nippon de NIS America sur PS Vita (et Nintendo Switch) cache bien son jeu : en réalité nous avons plutôt affaire à un jeu hardcore qui en rebutera plus d’un, console ou manette en main.

Avez-vous lu cet article?