SteamWorld Dig 2, le test sur Switch

SteamWorld Dig 2 Wallpaper 4K

Dans les studios indépendants suivant de manière indéfectible Nintendo, on trouve les Suédois d’Image&Form Games. Air-Gaming a passé un petit moment avec fondateur du studio, Brjann Sigurgeirsson, lors de la Gamescom 2017 (et 2016) où il évoquait tout le bien qu’il pensait de son nouveau jeu SteamWorld Dig 2 sur Nintendo Switch. Le temps est venu de nous faire notre propre jugement.

 

SteamWorld Dig 2 Screenshot 8
Un Boulder Dash-like tres bien exploité, ça tombe bien le genre est assez peu représenté.

Steam World Dig 2 Switch est donc la suite directe de SteamWorld Dig premier du nom sur 3DS (et Wii U). Le principe reste le même : nous avons affaire à une sorte de jeu de plates-formes/exploration mêlant une bonne dose de Boulder Dash dans un monde western peuplé de robots. Vous incarnez cette fois Dorothy, la compagne du héros du premier SteamWorld Dig.

Avant d’arriver à la ville d’El Machino qui vous servira de base arrière, une petite péripétie fait office de tutoriel pour vous apprendre les rudiments du jeu. Après quoi l’exploration du sous-sol vous permettra peut-être de retrouver votre compagnon Rusty et par la même d’expliquer la cause des terribles tremblements de terre qui secouent la région…

09
A vous de trouver un maximun de ces anciennes forges pour debloquer de nouvelles aptitudes.

Comme on le disait, une bonne partie du jeu relève de la variante de Boulder Dash. Vous devez casser des blocs de pierre plus ou moins solides pour accéder à de précieux minerais. Bien sûr, des monstres, plantes ou rochers prêts à vous écraser sont là pour limiter votre progression sans compter que l’intensité lumineuse de votre lampe diminue avec le temps. Pour le coup, la difficulté croissante est très bien amenée, notamment grâce aux pièges et autres mini- puzzles.

Votre mission : récupérer un maximum d’argent, de mécanismes et d’objets. Vous avez une douzaine d’améliorations possibles (pioche, cazpacité du sac, luminosité de la lampe, armures, etc.) dont la majorité est à débloquer via la découverte de fonderies spécifiques issues d’une ancienne technologie perdue… Une fois ceci fait, vous pouvez acheter les caractéristiques propres à l’amélioration en y mettant l’argent que vous avez récolté. Mais pour pouvoir les utiliser, il vous faudra y installer les mécanismes (aussi appelé "dopeurs" dans le jeu) glanés au cours de l'aventure. Plus vous aurez augmenté certaines améliorations, plus certaines parties de la mine seront facilement accessibles.

06
Le jeu présente une dimension plates-formes assez prononcée.

J’ai été assez sensible à l’aspect graphique de SteamWorld Dig 2, très fin et coloré. Mention spéciale pour la variété des différnets éléments composant les décors, plus beaux que dans le premier épisode. Les environnements sont eux aussi assez variés (tropical, western, lave, égout, etc.), ainsi que les ennemis, même si ils auraient mérité un peu plus de diversité. En revanche, le jeu manque un peu de boss.

Les sons et les musiques sont toujours de très grande qualité avec des ambiances western ou jazzy qui accompagnent magnifiquement bien l’univers.

On peut malgré tout reprocher au jeu une certaine facilité, pour une durée d'aventure certes honnête (une vingtaine d’heures) mais avec une re-jouabilité assez faible (on aurait aimé un choix de difficulté plus élevée après l’avoir fini).

 

Note
8/10
SteamWorld Dig 2 est un jeu très bien réalisé, bien pensé, très beau avec une bande-son de qualité. Peut-être un peu facile et court, mais il gagne a être connu notamment parce que le genre est tombé en désuetude. D’ailleurs le challenge n’est pas dans le fait de finir le jeu, mais plutôt de découvrir tous les artefacts, souvent très bien cachés. Après la satisfaction d'avoir obtenu la totalité des objets, les développeurs vous ont même prévu un petit donjon supplémentaire. Pour finir, du fait de son accessibilité, SteamWorld Dig 2 se prête à tous les publics. 

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: Kuk, Plate-forme, Image&Form Games, Exploration, Nintendo Switch

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Mysterium, le test sur iOS

janvier 18, 2018 Test - iOS Angi
Croisement mystique de Dixit et Cluedo, Mysterium s’est fait une jolie petite place dans le cercle des jeux de société. Son adaptation vidéoludique, par Asmodee Digital, s’avérait donc ambitieuse. Mais contrairement au jeu, nous vous éviterons ici tout suspense : c’est une réelle réussite. Les visuels des cartes et la réalisation de Mysterium…
10Header

NeuroVoider, le test sur Switch

décembre 13, 2017 Test - Nintendo Switch Aymerick
Derrière NeuroVoider et le studio Flying Oak Games se cachent seulement deux personnes (un graphiste et un programmeur) qui ont réalisé un shoot 2D tout en pixels sorti en septembre 2016 sur Steam. A l’époque, le titre paraissait intéressant et on attendait avec impatience une version PS Vita qui n’est pas venue (pour le moment ?). Quand…

Avez-vous lu cet article?