Old man’s Journey, le test sur iOS

10

Depuis deux décennies, l’expansion massive du jeu vidéo nous a habitués à enchaîner les blockbusters, et à oublier que la créativité pouvait exister. Et puis, ces derniers, des titres tels que Life is Strange, Child of Light ou encore Journey sont apparus. Littéralement des expériences vidéoludiques narratives, parfois un brin oniriques, mais toujours avec comme objectif premier de transmettre une certaine émotion. Old man’s Journey, de Broken Rules, entend être de ceux-là.

08

A vous d’agencer correctement les différents éléments du décor, pour permettre la progression.

Lancement, premier choc. Mixant tableaux animés et estampes crayonnées, la direction artistique d’Old man’s Journey flatte immédiatement la rétine. Ce petit paradis visuel est également soutenu par une bande son d’une qualité incroyable, entre ballades mélancoliques et tirades enjouées. L’animation se veut basique mais efficace, et le gameplay parfaitement adapté au système de jeu.

Car le jeu lui-même, parlons-en. Aucune introduction, aucun tutoriel, aucun texte, aucun dialogue. C’est donc dénué de toute information que vous êtes lâché dans Old man’s journey, incarnant un vieillard vivant en bord de mer et venant de recevoir une lettre. Le voilà alors parti en quête d’aventure… ou d’autre chose. Nous éviterons ici de vous divulguer quoique ce soit du scénario, qui mérite votre entière découverte.

05

Quelques phases de jeu plus originales permettent d’éviter la monotonie.

Les tableaux s’enchaînent les uns après les autres, sous la forme de puzzles. Le héros se trouve au départ à un certain endroit de l’écran, et devra se mouvoir jusqu’à un autre point pour pouvoir progresser. Pour se faire, vous aurez la possibilité de déplacer ou plutôt de modifier certains éléments du décor. Afin de modifier la structure du paysage, de créer des connexions et au final un passage praticable. Bien entendu, le tout devra être réalisé dans un certain ordre pour pouvoir fonctionner, et la présence d’obstacles intermédiaires (barrières, murs destructibles, chutes d’eau, moutons…) viendra vous compliquer quelque peu la tâche.

Le système de jeu se veut donc simple à appréhender, mais vous réserve tout de même quelques petits moments de réflexion bien sentis. Rien d’insurmontable toutefois, et Old man’s journey se permet même le luxe de varier les plaisirs avec quelques séquences de gameplay originales, à bord d’un train ou d’un camion roulant à toute allure par exemple).

06

Le milieu de l’aventure sera plus sombre, dans tous les sens du terme.

 

A la fin de de chaque chapitre, vous aurez le droit à un petite scénette vous permettant de mieux appréhender l’histoire… Jusqu’au dénouement final. L’ensemble est plutôt bien pensé, fonctionne de manière fluide et sert au mieux la puissance émotionnelle du titre. Seul bémol mais de taille, comptez environ 2 heures pour finir Old man’s Journey, peut-être 3 maximum et selon votre aisance à résoudre les puzzles. Le tout avec une replay-value quasi-nulle. Cela dit, vous aurez alors passé 2 ou 3 heures de grande qualité, pour un prix inférieur à celui d’un ticket de cinéma.

 

Note
9/10
Old Man’s Journey a, indiscutablement, une durée de vie qui fâche. Et c’est quelque chose qui nous amène généralement à amoindrir la note finale. Mais l’aventure est ici si belle, si magique, si parfaitement maîtrisée, qu’il nous était impossible de le pénaliser. A ne pas manquer, assurément.

 

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

Mots-clés: iOS, Aventure, Puzzle, Angi

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?