Odin Sphere Leifdrasir, le test sur PS Vita d'un joyeux remake

odnsph banner

On peut difficilement employer le terme de nouveauté pour la dernière sortie du studio Vanillaware sur Ps Vita. En effet, Odin Sphere Leifdrasir est un remake d'Odin Sphere sans sous titre, sorti sur Ps2 en 2007 au Japon. Si cette version d’origine avait fait très bonne impression en son temps, qu'en est-il de cette réédition sur les trois console de Sony neuf ans après ?

Il est agréable de noter que Leifdrasir contient égalent la version d’origine (sous le nom de "mode classique"). Petite déception malgré tout, les sauvegardes ne sont pas communes. On ne peut donc pas utiliser sa progression dans jeu dans l’autre.
Ce qui différencie principalement Leifdrasir du mode classique tient en la possibilité de se restaurer via un cuisinier dans chaque donjon, des coffres au trésor et surtout des points de contrôle permettant de se téléporter de secteur en secteur.

 

2016 09 08 184537
Un nouvel enchainement de niveaux.

Odin Sphere Leifdrasir se présente comme un conte. Pour accentuer cet effet, le début du jeu est une bibliothèque où une petite fille choisit les livres qui sont autant d'aventures des différents personnages. Les héros se débloquent au fur et à mesure qu'on achève le chapitre du précédent. Le premier livre raconte les aventures de Gwendolyn, la princesse valkyrie.
On aura ensuite accès à Cornelius, le prince transformé en Pooka (une sorte de lapin humanoïde), puis Mercedes, la reine des fées, après quoi on enchaîne avec Oswald, le chevalier ténébreux, et enfin Velvet, la princesse du royaume perdu de Valentine.

Tous ces personnages donnent différents aperçu d'une même trame qui tourne autour du contrôle du chaudron, un mystérieux artefact donnant un pouvoir de destruction immense.
Globalement le jeu propose huit niveaux différents (forêt, glace, feu, cité, royaume des morts, etc.) qui sont plus ou moins exploités selon les personnages. C'est très clairement une replay value déguisée, finalement bien emmenée par le scénario. Ce n'est que mieux puisque les différents aventures sont assez courtes, comptez une dizaine d'heures chacune.

2016 09 08 182313
un livre de recettes à compléter

La progression des personnages se fait à travers le système assez original des Phozon. En gros, vous captez la source de vie des adversaire vaincus. Avec cette manne vous pouvez augmenter des capacités que vous avez préalablement découvertes en explorant les niveaux (et vaincu les mini-boss qui les défendent).
Vos caractéristiques peuvent égalent augmenter par l'expérience acquise au combat (en récoltant les Phozons), mais aussi en utilisant l'alchimie et la création de potions, ou la plantation de graines que vous faites poussez en dépensant un peu de vos Phozon.
L'expérience se gagne également en mangeant les différents aliments disponibles, ou en utilisant les services gratuit d'un cuisinier Pooka qui réalisera les recettes découvertes avec des aliments en votre possession (multipliant ainsi l'expérience accumulée), vous pourrez aussi dépenser certaines pièces anciennes trouvées durant vos pérégrinations dans deux restaurants d'un village Pooka.

Les graphismes sont extrêmement détaillés et fouillés, en particulier les décors : végétation luxuriante dans la forêt, ruines dans le désert, etc. On retrouve la superbe touche "dessiné à la main" de Vanillaware.
Les personnages sont très bien animés, et les coups s’enchaînent parfaitement. Paradoxalement, le choix de combiner un bouton d’attaque de base associé au pad directionnel pour varier les coups passe très bien, mais étrangement ne change pas l'impression de marteler la touche d'attaque, quand bien même on enchaîne les combos.

On appréciera également la localisation des textes en français et la présence du choix entre voix japonaises ou anglaises.

Note
8/10
Odin Sphere était un très bon Beat'em all/RPG sur PS2, Odin Sphere Leifdrasir l’est tout autant sur PS Vita. La résolution de la console fait particulièrement honneur au jeu. Toujours aussi beau et maniable il se situe entre les deux « dernières » productions du studio Vanillaware. Plus long et scénarisé que Dragon's Crown (mais sans fonction réseau), il est plus diversifié que Muramasa Rebirth, du fait des multiples personnages disponibles, mais également plus court.

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 


 

 

 

Mots-clés: PS Vita, Kuk, Beat Them All, Vanillaware, Action RPG

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?