Bandai Namco se la joue aussi !

Orchestral Memories 400

Après Square-Enix, c'est au tour de Bandai Namco de nous proposer un concert orchestral de ses licences jugées les plus emblématique et symphoniques : Dark Souls, Tales of, Tekken, Soulcalibur, God Eater, Pac-Man, Ace Combat, etc. Le concert Orchestral Memories regroupera plus de 80 musiciens dans la salle Pleyel, le 4 février prochain à Paris. 

Deux Compositeurs de la firme seront présents : Go Shiina (God Eater, Tales Of, ...) et Motoi Sakuraba (Dark Souls, Tales Of, DragonBall Xenoverse 2, ...).

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: Kuk, Bandai, Namco Bandai

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10Header

NeuroVoider, le test sur Switch

décembre 13, 2017 Test - Nintendo Switch Aymerick
Derrière NeuroVoider et le studio Flying Oak Games se cachent seulement deux personnes (un graphiste et un programmeur) qui ont réalisé un shoot 2D tout en pixels sorti en septembre 2016 sur Steam. A l’époque, le titre paraissait intéressant et on attendait avec impatience une version PS Vita qui n’est pas venue (pour le moment ?). Quand…
08

Mille Bornes, le test sur iOS

janvier 14, 2018 Test - iOS Angi
Dans la famille des classiques de notre enfance, le Mille Bornes tient assurément une place de choix. Alors, quand il débarque sur nos tablettes des années plus tard, on ne peut s’empêcher de l’accueillir la larme à l’œil… Et avec un peu d’appréhension, aussi, forcément. Voyons si les kilomètres passent toujours aussi bien.

Avez-vous lu cet article?